Dramane Bamana Mali, 1996

Bamana construit ses oeuvres uniquement avec des bandes de plastique récupéré ; au-delà du recyclage, ses oeuvres, dans la mouvance de la figuration sociale, montrent des scènes de genre ordinaires, apparemment candides, où les personnages, non sans ironie, s’investissent d’un rôle de messager...

La série "la voix des déchets" de Dramane Bamana nous montre que nous vivons tous aujourd’hui dans un monde consumériste, qui produit essentiellement des biens dont l’obsolescence est programmée, ce qui engendre autant de déchets. Ce système étend sa toile par-delà la monde et affaiblit d’autant les ressources de la Planète et ses possibilités de régénération. La pollution est mondiale et irréversible. Ainsi Bamana construit ses œuvres uniquement avec des bandes de plastique récupéré ; au-delà de ce recyclage, ses œuvres dans la mouvance de la figuration sociale montrent des scènes de genre ordinaires apparemment candides où les personnages, non sans ironie, s’investissent d’un rôle de messager : nous sommes conviés à renouer avec la vie paisible, la simplicité et la solidarité et dans une cohésion sociale à réinventer.

 

Né en 1996 à Bougouni (Mali), Dramane Bamana est diplômé du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia, il vit et travaille à Bamako. Il est membre du collectif Tim’Art et participe aux évènements culturels du collectif tel que l’exposition « Silence Coupable » en 2019. Il a exposé à Ségou’Art 2019. En 2020, il participe à l’exposition JAA pour la paix et l’environnement à l’Hôtel Tiama, Abidjan et à l’édition Ségou Art 2020 au sein du pavillon du Centre Soleil d’Afrique. Il a récemment exposé à la Galerie Chauvy, Paris.