Dramane Diarra Mali, 1998

Observateur infatigable des dérèglements sociaux, Dramane Diarra affirme l’embrigadement et la déshumanisation des sociétés contemporaines dans un monde matérialiste et vénal.  

Observateur infatigable des dérèglements sociaux, Dramane Diarra affirme l’embrigadement et la déshumanisation des sociétés contemporaines dans un monde matérialiste et vénal. Ainsi, la pensée des Hommes est traduite dans une tête composée d’engrenages, les mécaniques de la pensée ne laissant plus place à la réflexion. Ses œuvres traduisent les différentes formes de conditionnement qui nous aveuglent, qu’ils soient culturels avec la dépréciation des valeurs traditionnelles et avec la prévalence des religions d’ailleurs, territoriaux avec l’imposition de nouvelles limites, ou médiatiques avec la domination des images dans l’espace public, domestique et intime. Cette expression onirique de situations nous invite à prendre conscience de notre degré respectif de conditionnement et à reprendre pleinement et ensemble nos destins en main.

Né en 1998, Dramane Diarra vit et travaille à Bamako, il est membre du collectif Sanou’Arts. Il expose au Blabla, Bamako, en 2017 dans le cadre de l’exposition « koredougaw » (sur une spiritualité Malienne) et dans le cadre de l’atelier « Utopies Urbaines » organisé par le Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia animé par Toussaint Dembélé et Dany Leriche. La Villa Soudan l’accueille pour sa première exposition solo « Framboise mécanique » en 2019. Il a également exposé à la Villa Yirisuma, Ouagadougou et à la Fabrik Culturelle d’Abidjan en 2020. Il expose régulièrement avec le collectif Sanou’Art, et tout récemment à l’Espace Siff’Art, Bamako.